Chronique d’un apprenti foileur – Jour 3, la fin des galères…hé,non !

Ca vole, Ca plane, Ca crash !

Conditions du jour : Bise, 17-8 nds faiblissant, puis 10-12 nds

Bon on en étais où ? Lors de ma dernière session, j’arrivais à monter sur la planche, remonter au vent sans foiler pour autant que le vent soit stable et plutôt medium, j’avais fait les premiers vols, mais une fois en vol à moins d’une grosse baisse de vent pas moyen de reposer la planche sur l’eau et encore beaucoup d’instabilité et de décrochages. Donc programme des prochains jours, stabiliser les vols pour que ça dure plus longtemps et si ça marche , commencer à varier les allures (Près, vent de travers , largue,…).

Pour cette nouvelle session, le vent est encore un peu fort, mais la tendance est faiblissante, du coup comme j’ai commencé les premiers vols (Tentatives plutôt), je veux pas partir trop toilé pour ne pas aller trop vite une fois en l’air. Je pars sur l’eau en 9m2 Hyperlink V2 que j’avais encore jamais sortie, je sais que le poto Pascal Guyot la sort jusqu’à 35 nds en foils, alors avec 17-18 nds, ça devrait le faire. La session se passe bien, je commence à monter plus facilement pour des petits vols et je crash bien moins souvent. Mais le vent tombe assez vite et une fois n’est pas coutume, je rentre rapidos à mon point de départ sans marcher/nager,…Une petite victoire. Je pacte la 9m2 et je pars checher la 15m2 Chrono Ultralight (Mon arme de light wind), le problème c’est que je ne l’ai jamais ridé et au moment de la sortir, une petite rafale me fait changer d’avis, ça sera donc 11m2 Hyperlink V2, je joue la sécurité.

Le début de session se passe hyper bien, je commence à faire des jolis bout de bord en vols, mais le vent baisse encore. Je fais encore le dauphin et je commence quand même à me dire que malgré le foil tout en arrière, les straps tout en avant, le foil est encore trop « porteur ».
Avec le vent faible, pour sortir de l’eau je dois faire des loops d’aile, comme en snowkite en fait. Par contre une fois en l’air, avec le plan d’eau plat c’est assez magique. Le seul soucis en étant peu toilé dans le light wind c’est que la moindre touchette avec la planche dans l’eau,  je perds toute la vitesse d’un coup, la voile en bord de fenêtre ne tire plus rien et c’est la chute. Ça commence à être tendu, donc soit j’arrive à voler avec le foil 100% du temps et ça le fait, soit ça va être compliquado. Ce qui devait arriver, arriva, sur le bord le plus au large de la journée, je chute, et la voile décroche et s’emmêle dans ses bridages. J’ai pas insisté longtemps avant de plier la barre et de plier la voile. Pour un premier self rescue, j’ai pas trop merdouillé (Faudra quand même améliorer 2-3 trucs), et me voilà parti pour une bonne heure de nage…Un grand merci au foileur Suisse Allemand qui m’a tracté un petit bout (Mais qui avec le vent très light n’a pas pu le faire longtemps).

Après une heure de nage, j’ai encore le gros smile, part ce que les sensations en vols sont quand même très très bonne. C’est encore un peu erratique, brouillon, mais j’ai commencé à piger deux-trois trucs en plus. La prochaine c’est la bonne (En plus c’est vrai 😉)! J’en suis donc à mon troisième jour de foil et selon les potes, le temps de la galère est fini, je suis épuisé, vexé d’avoir nagé une heure, mais motivé à bloc pour la prochaine session.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.